Épreuve ESCP : Commencer par le croquis

.  .  .

Le croquis de l’épreuve ESCP de Géopolitique est souvent redouté par les candidats : il faut en effet réussir à expliquer visuellement les enjeux du sujet, sans tomber dans une simple représentation visuelle. Cette spécificité de l’épreuve peut (doit !) au contraire devenir une force du candidat qui peut, par sa maîtrise de la méthodologie de l’épreuve, grandement se démarquer. Cet article expose les principales raisons qui doivent pousser le candidat à débuter, lors de l’épreuve ESCP de Géopolitique, par le croquis. Le contenu du croquis, ainsi que la méthodologie pour réussir cette sous-épreuve seront abordés dans des articles distincts.

Pourquoi commencer par la réalisation du croquis ?

Voici les raisons pour lesquelles je te conseille vivement de commencer par le croquis :

⁃           Cela te permettra de faciliter ta compréhension du sujet

En réalisant le croquis avant de rédiger ta dissertation, tu te laisses davantage de temps pour cerner les enjeux du sujet, et identifier les thématiques que tu n’aurais pas forcément eues en tête en préparant ton introduction. Il vaut mieux oublier un élément dans ton croquis, plutôt que dans ta dissertation ! (Pour rappel, le croquis compte pour environ 5 points de la note finale).

A toi de voir si tu préfères t’occuper du croquis avant même de rédiger au brouillon ton introduction, ou plutôt avant de passer à la rédaction au propre de ta dissertation. La réalisation du croquis en début d’épreuve te permettra dans les deux cas d’affiner ta compréhension du sujet.

⁃           Le croquis est souvent le premier élément que le correcteur regarde

Le croquis est effectivement ce que le correcteur regarde en premier, avec ton introduction et ta conclusion : si ces 3 éléments parviennent à lui faire bonne impression, tu seras alors en très bonne voie vers une excellente note !

Un croquis réussi sera d’autant plus apprécié que nombre de candidats n’y consacrent que très peu de temps, en fin d’épreuve, ce qui est le meilleur moyen de le bâcler.

N’oublie pas, le cœur de la stratégie pour réussir l’épreuve est de se démarquer, et de marquer des points sur les parties délaissées par les autres !

⁃           Une stratégie pour mieux gérer ton temps

Commencer par le croquis te permet en effet de gérer au mieux les différentes sous-épreuves de Géopolitique : il vaut mieux finir charrette sur la conclusion, dont tu maîtriseras parfaitement la méthodologie au bout de tes 2 ou 3 années de prépa, plutôt que de devoir encore réfléchir au contenu de ton croquis après plusieurs heures d’épreuve.

Nous allons néanmoins voir dans le paragraphe suivant qu’il ne faut pas consacrer trop de temps à la réalisation du croquis, au risque non pas de finir ta conclusion sur le gong, mais de ne pas du tout finir ta dissertation !

Attention de ne pas consacrer trop de temps à cette sous-épreuve !

L’idée derrière cette stratégie de gestion de temps est de consacrer 30 minutes (40 minutes au grand maximum) pour ton croquis. Le risque en commençant par le croquis est d’y consacrer trop de temps, et de vouloir le peaufiner coûte que coûte. Dis-toi que le croquis ne sera jamais parfait compte tenu de tes contraintes de temps : force-toi à passer à la rédaction de la dissertation après 40 minutes, car elle reste la partie la plus importante de l’épreuve de géopolitique.

Tu minimiseras toujours les dégâts en ayant un croquis propre mais incomplet, alors qu’une dissertation non terminée est le meilleur moyen pour plomber ta note (et par la même occasion ta future admissibilité aux Parisiennes !).

.  .  .

Nos lecteurs ont apprécié cet article.
Et toi ? As-tu aimé ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 sur 5)

Loading...

Abonne toi à notre newsletter !

Antonin Bibal
Ancien de la prépa Henri IV en ECS, j'ai lancé ce blog pour vous aider à améliorer vos copies de géopo.